Réinventer les politiques soins/travail

Le projet de recherche Réinventer les politiques soins/travail accueille quatre chercheuses boursières postdoctorales

Le projet de recherche Réinventer les politiques soins/travail accueille quatre chercheuses boursières postdoctorales : Sadie Goddard-Durant (PhD, Université de Guelph), Janna Klostermann (PhD, Université Carleton, Kim de Laat (PhD, Université de Toronto) and Sophie Mathieu (PhD, Université Carleton).

Dr. Kim de Laat, sociologue du travail et de la culture, travaille avec Andrea Doucet de même qu’avec Norah Keating et Margo Hilbtrecht de l’Institut Vanier de la famille. Comme boursière du programme postdoctoral accéléré MITACS, Kim de Laat collabore avec Andrea Doucet à une étude qui examine les relations entre l’utilisation par les pères des modalités de travail flexibles et des congés parentaux. Et pour l’Institut Vanier de la famille, elle examine les répercussions des politiques soins/travail sur le bien-être des familles. Elle dirige également l’élaboration d’une initiative sur la diversité familiale.

Le travail de Kim de Laat dans le cadre du projet RS/T découle de ses recherches postdoctorales à l’Institut pour l’égalité des sexes et l’économie de l’École de commerce Rotman de l’Université de Toronto, lesquelles recherches portaient sur la façon dont l’organisation sociale du travail influence l’utilisation par les parents du travail à distance. Son travail prend également appui sur ses travaux de doctorat à l’Université de Toronto sur la représentation des parents dans les médias, les incertitudes et les inégalités au chapitre du travail rémunéré et des responsabilités domestiques et familiales.


Dr. Sadie Goddard-Durant, psychologue sociale, travaille avec Andrea Doucet a étendre et approfondir son travail avec le centre de santé communautaire TAIBU, un organisme communautaire afrocentrique dirigé par des Noirs et au service de la communauté noire. Sadie et Andrea ont déjà travaillé ensemble à une étude sur la maternité précoce réalisée avec TAIBU et Strive Niagara et cette recherche prendra appui sur leur collaboration antérieure. Dans le cadre du projet RS/T, Sadie Goddard-Durant dirigera une étude sur les changements à apporter aux politiques afin d’améliorer la capacité de parents Noirs nouveaux arrivants de prendre soin et subvenir aux besoins de leurs familles. L’étude s’appuiera sur des méthodes de recherche visuelles et axées sur les arts et sur l’analyse de politiques.

Ce projet s’inspire des dix années de travail de Sadie Goddard-Durant avec des organismes communautaires œuvrant auprès de personnes Noires originaires des Caraïbes et puise dans son vécu d’Antillaise Noire immigrée au Canada et dans ses recherches critiques sur la résilience qui vise à atténuer les conditions de vie racisées, genrées et colonialistes vécues au quotidien par les personnes Noires (des femmes en particulier).


Dr. Janna Klostermann, sociologue féministe, travaille avec Andrea Doucet à titre de chercheuse postdoctorale, boursière du CRSH. Dans le cadre de sa recherche au sein de RS/T, Janna Klostermann et Andrea Doucet créent et mettent à l’essai des méthodes de recherche visuelles et participatives pour examiner comment les gens organisent le prendre soin non rémunéré et le travail rémunéré, pourquoi ils l’organisent ainsi et en quoi ces façons de faire sont liées à des contextes sociaux et des politiques sociales plus vastes. Ces méthodes seront par la suite approfondies et utilisées par l’équipe de recherche élargie.

Janna Klostermann prendra appui sur sa recherche doctorale, pour laquelle elle a utilisé des méthodes axées sur les arts et auto-ethnographiques, afin d’explorer les limites du prendre soin et les lacunes des politiques à cet égard au Canada. Elle vient de publier un article dans La conversation (juin 2021) sur les difficultés des femmes et leur sentiment d’être « prises au piège » lorsqu’elles assument des responsabilités soins/travail/famille additionnelles. Brock News a également fait un reportage à son sujet.


Dr. Sophie Mathieu, sociologue qui se spécialise dans l’étude de la politique familiale et des services de garde à l’enfance au Québec, travaille avec Diane-Gabrielle Tanguay, de la TÉLUQ dans le cadre de RS/T. Leur travail gravite autour de la conciliation travail-famille durant la pandémie de COVID-19 et documente les effets paradoxaux de la crise sanitaire sur les conflits d’horaire qu’ont vécus les mères et les pères québécois.

Le travail de Sophie Mathieu s’inspire des travaux récemment achevés de sa bourse de recherche postdoctorale du CRSH réalisés avec Andrea Doucet ainsi que d’une collaboration de recherche de cinq ans avec Andrea Doucet et Lindsey McKay afin de démontrer les différences entre les deux régimes de congés parentaux au Canada et les inégalités sur le plan de la réception des mesures de soutien parentales selon le genre et la classe sociale. La transformation et l’évolution du modèle québécois des services de garde à l’enfance l’intéressent spécialement. Elle s’exprime aussi publiquement en tant qu’intellectuelle, ayant fait paraître récemment ces articles dans La conversation et Options politiques.